PRESENTATION DE L'AGENCE BURUNDAISE DE L'HYDRAULIQUE ET DE L'ASSAINISSEMENT EN MILIEU RURAL (AHAMR)


LE SECTEUR DE L’EAU POTABLE ET DE L’ASSAINISSEMENT AU BURUNDI

Le BURUNDI est un pays, situé à cheval entre l’Afrique Centrale et Orientale, avec une superficie de 27834 km². Sa population est estimée à environ 8,3Millions d’habitants avec environ 92% qui vivent en milieu rural. Le pays est situé à vol d’oiseau à plus de 1 000 km de l’Océan Indien et à plus de 2 000 km de l’Océan Atlantique. Les frontières burundaises correspondent à des limites constituées surtout par des lacs et des cours d’eau, notamment : le lac Tanganyika, les rivières Rusizi à l’Ouest, Kagera et Kanyaru au Nord. L’histoire récente du Burundi a été marquée par le conflit socio-politique intervenu entre 1993 et 2003 et qui a occasionné beaucoup de pertes en vies humaines, de déplacés à l’intérieur et à l’extérieur du pays et des dommages aux infrastructures socio-économiques. En effet, les infrastructures du pays, y compris celles de l’Eau potable et de l’Assainissement ont été fortement dégradées pendant les longues années du conflit. En 1993, environ 70% de la population burundaise avaient accès à l’Eau Potable tandis que en 2005, ce taux est estimé à moins de 50% en milieu urbain et seulement 43% dans les zones rurales. Malgré une abondance des ressources en eau. Le Burundi est confronté à des difficultés d’alimentation en Eau Potable liées à la mauvaise répartition spéciale et temporelle de ces ressources, à l’insuffisance des équipements et à leur répartition inéquitable sur le territoire national, mais surtout à la dégradation des équipements existants. Les besoins en eau du pays pour divers usages augmentent sans cesse suite à la croissance démographique, à l’urbanisation, au développement agricole, industriel et énergique. L’accès aux services d’hygiène publique reste limité à Bujumbura et aux villes secondaires. Les services d’assainissement en zone rurale sont limités et seulement 23% de la population utilisent des infrastructures fonctionnelles. Par ailleurs, les maladies hydriques (dysenteries bacillaires, amibiase, diarrhée, cholera, ….) ont fortement affecté la santé de la population burundaise. Ces maladies occasionnent beaucoup de pertes en vies humaines suivant les périodes saisonnières. Des enquêtes réalisées en matière de la santé de la population par le Ministère ayant la santé publique dans ses attributions avec l’appui de l’OMS et de l’UNICEF ont montré que 84% de la mortalité et de la morbidité des enfants de moins de 5ans sont liées aux mauvaises conditions d’approvisionnement en eau potable, d’hygiène et d’assainissement.

programme de mobilisation et de sensibilisation de la population de Bujumbura rural sur l'assainissement total